Empreintes de mains et de pieds pour la fête de mère

Publié le vendredi 15 juin 2012 à 16:16
Avec ma soeur, pour la fête des mômans, nous avions décidé d'offrir un tableau avec une photo de nos deux petits gars et avec leurs empreintes de mains et de pieds. Une fois l'idée trouvée, il a fallu décider de la manière dont nous alions procéder pour effectuer les empreintes...

1° Les kits tout prêt
Vous pouvez trouver ces kits en magasin. J'en ai vu à Aubert et à bébé9 pour environ 30 (pâte pour empreinte + cadre 2 photos). J'ai trouvé ça trop cher surtout que le cadre ne me plaisait pas plus que ça.

2° La porcelaine froide
Au départ, je voulais faire les empreintes dans de la porcelaine froide parce que c'est peu cher quand c'est fait maison, que la pâte peut être manipulée par les tout petits et que ça aurait été l'occasion pour moi de tester cette pâte ! Sauf que la fainéasse dans l'âme que je suis n'est jamais allé acheté la colle nécessaire à la fabrication de la porcelaine froide...  

3° Giotto Plastiroc
Je me suis ensuite tournée vers la pâte autodurcissante Plastiroc que j'ai trouvé à Bureau Center pour 2€70 environ les 500gr (oui, je sais, je me suis bougée pour acheter la Plastiroc et pas la colle pour la porcelaine froide...). Bon, pour être honnête, l'essai n'a pas du tout été concluant... La pâte étant assez ferme il faut beaucoup appuyer pour faire une empreinte correcte. Mais lorsque l'on a un bébé d'à peine 4 semaines on ne peut pas lui écraser la main comme une dingue (surtout lorsque le dit bébé n'est vraiment pas coopératif !). Résultat, des empreintes pas assez marquées... donc direction la poubelle !

4° L'indémodable... pâte à sel !
Bon, finalement je me suis résignée à replonger en enfance et à faire de la pâte à sel ! Un verre de sel, deux verres de farine, un verre d'eau et c'est parti mon quiqui ! La pâte est cette fois ci assez molle pour faire des empreintes facilement. Et voilà ce que cela a donné :



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 

L'Atelier Acidulé Copyright © 2012 Design by Antonia Sundrani Vinte e poucos